maladies osseuses


Les traitements des maladies osseuses

Les Bisphosphonates :

Le pyrophosphate inorganique (P - O - P) a la propriété de se lier aux cristaux de phosphate de calcium et de bloquer aussi bien leur formation que leur dissolution.




In vivo cepen­dant, des pyrophosphatases hydrolysent rapidement ce pyrophos­phate et le rendent inactif.

La recherche de composés dotés des mêmes propriétés, mais résistants à l’hydrolyse, a abouti à la découverte des bisphosphonates (P-C-P). Ces analogues structuraux des pyrophosphates ont une puissante activité inhibitrice de la résorption osseuse. C’est cette propriété qui est utilisée en clinique.

Tous les bisphosphonates sont présentés sous forme de sels de sodium. Les chaînes latérales R1 et R2, variables suivant les différents bisphosphonates, sont responsables de leur puissance anti résorptive qui s’étend de 1 à 10000, à poids égal, suivant les molécules.

Les bisphosphonates (BP) se fixent sur le cristal d’apatite . Lorsque les ostéoclastes résorbent la matrice osseuse ils « ingurgitent » le BP qui provoque leur apoptose. Cette fixation sur le cristal osseux explique leur grande rémanence ( plusieurs années pour certaines molécules)
Ce sont donc essentiellement des inhibiteurs de la résorption osseuse. Ils sont donc utilisés dans toute les maladies osseuses où existe une hyper résorption.
Ils ont probablement d’autres actions sur le tissu osseux, moins bien connues : ils pourraient améliorer la minéralisation, modifier la cristallinité de l’apatite, améliorer l’architecture osseuse.
Ils sont mal absorbés sur le plan digestif. Leur absorbtion varie de 0.5 à 5 % selon les molécules. Cette absorption est quasi nulle s’ils sont administrés avec le bol alimentaire, surtout si celui ci contient du calcium. Le malade doit donc prendre les BP à distance des repas. Ils ont un tropisme osseux majeur : près de 95% du BP absorbé se fixe sur le tissu osseux ; ceci explique qu’ils n’ont pratiquement pas d’effets extra osseux.
Ces propriétés pharmacologiques pourraient inciter à préférer les BP parentéraux administrés de façon séquentielles.

Indications :

Dans l’ostéoporose : 3 BP ont actuellement l’AMM en France : il s’agit du Risédronate (35 mg une fois par semaine per os) de l’Alendronate ( 70 mg, une fois par semaine per os), de l’Ibandronate ( 150 mg une fois par mois per os). Ces médicaments réduisent d’environ 50 % le risque de fracture vertébrales et non vertébrales.
A venir : le Zolédronate : une étude récente a montré qu’une seule perfusion par an de 5 mg de ce BP diminuait de 70 % le risque de fracture vertébrale.

Le Zolédronate est aussi utilisé dans la maladie de Paget (une perfusion tous les 18 ou 24 mois).

Le Zolédronate (4 mg) et le Pamidronate (90 mg) sont administrés en perfusions mensuelles dans le traitement des métastases osseuses (sein et prostate) et dans le myélome. Ils diminuent l’incidence des « accidents osseux » : douleurs, risque de fracture, nécessité de radiothérapie, sans prolonger la survie.
Le Zolédronate et le Pamidronate sont très efficaces dans le traitement de l’hypercalcémie.