Maladie de Crohn

Maladie de Crohn
I- anatomopathologie :
A- distribution des lésions :
atteinte possible de tout le tube digestif.
Lésion segmentaire discontinue.
Lésion transmurale.

 https://encrypted-tbn2.google.com/images?q=tbn:ANd9GcSP0r0G2_uNWfrFjIPrpNxN_DLSxVg-vz_6h4h2t59Gh7Onl91ihttps://encrypted-tbn2.google.com/images?q=tbn:ANd9GcTvC_ZpjzZgabVDe2CmElZXgYB5b7NKtTE2N2W7eX7HoAA694Vt-A
 

Topographie :
iléocolique 30 à 50 %.
Iléale 30 à 40 %.
Colique pure 15 à 25 %.
Lésions ano-périnéales (MAP) 20 à 50 %, parfois précède les autres localisations.
Lésions duodéno jéjunale : 4 %.
B- description des lésions :

1-Macroscopie :
ulcération surtout aphtoïde (exception dans RCH)
siège sur des muqueuses avec intervalles sains.
Pseudo polypes.
Sténoses : rares.
Fistules : iléo iléale, vessie - côlon. Spécifiques

.
2- microscopies : pas de signe spécifique en dehors du GEGC.
§ Ulcération.
§ Infiltrats inflammatoires profonds.
§ Fibrose.
 https://encrypted-tbn2.google.com/images?q=tbn:ANd9GcQ2DLBiEJU_OdbAlaar06rEpNschZGKvoQWwg2QKi2aamm8jIW2PA
§ GEGC sans caséum.
(Pas de trouble de mucosécrétion, espace histologique sains)
II- symptomatologie :
poussées
1- signe digestif :
douleurs abdominales + + + : syndrome de koening (dl periombilicale + ballonnement ; torsion intra abdominale, soulager par l’émission de gaz ou éructation) coliques abdominales, douleurs de la fosse iliaque droite.
Trouble de transit : selon la localisation
o constipation
o diarrhée (hydrique + glaire)
MAP : 36 % avant le début des troubles intestinaux :
o abcès,
o fistules,
o fissure anale latérale,
o sténose ano rectale.
2- signes extra digestifs :
voir RCH.
3- signes généraux : plus marquée que pour RCH.
4- complications :
§ fistules intestinales :



o grêlo-grélique.
o Grélo-colique.
o Entero-vésicale.
o entérogénitale.
o Entéro-cutanée.
Abcès abdominaux, extra péritonéaux.
Occlusion, perforation, colectasie.
Examen physique : pauvre
Masse au niveau de la fosse iliaque droite (abcès), fistules Entéro-cutanée.
III- examens complémentaires :
A- examens biologiques : non spécifiques
bilan inflammatoire : VS, CRP, fibrinogène.
Bilan du retentissement : NFS, EEP, ionogramme.
Marqueurs : ASCA ® MC + +
B- endoscopie + + + :§
rectoscopie,
rectosigmoïdoscopie,
iléo coloscopie.
Enteroscopie (n’existe pas au Maroc).
FOGD : localisation haute
o Description des lésions.
o Caractère discontinu.
o Extension et topographie des lésions.
o Biopsie.
o Diagnostic positif et différentiel
o Surveillance.
C- examen radiologiques (idem que RCH)
ASP : intérêt pour complications.
Opacification digestive
o TG : étendue des lésions, aspect (ulcération, sténose, fistules, rétrécissement).
o LB : détourné par la coloscopie sauf en cas de sténose.
D- autres :
Échotomographique : étude des masses abdominales
tomodensitométrie.
IRM : intérêt surtout dans la maladie de Crohn pour les abcès, masse fistules et dans les MAP.
IV- diagnostic :
A- diagnostic positif :
faisceau d'arguments cliniques, biologique, morphologie, histologique et évolutif.
B- diagnostic de gravité : indice de Best :
§ Score < 150 : maladie de Crohn inactive.
§ Score > 450 : maladie de Crohn active.
C- diagnostic différentiels : selon la localisation :
§ localisation iléo caecale : tuberculose, lymphome...
§ Localisation colique (idem RCH)
RCH
Caractère
Maladie de Crohn

Cliniques

Constantes
Rectorragies
Rares
Inconstantes
Douleurs abdominales
Presque constante, prédominance droite

Fièvre
rare
Exceptionnelles
Lésions ano-périnéales
Fréquente
Moins de 1%
Fistule digestive
10 %

Topographiques

Du rectum ® côlon
Localisation
De la bouche à l'anus
unit segmentaire
Distribution
Pluri segmentaire
Superficielle
Profondeur
Transmurale

Endoscopiques

Monomorphe, continu, circulaire
Aspect général
Polymorphe, discontinu, asymétrique
Congestion et granitée, fragile et hémorragiques, glaires et pus.
Muqueuse
Parfois normale, érythémateuses, boursouflée.
Inconstantes, punctiformes, étendue et superficielles, rarement franche
Ulcération
Presque constantes, aphtoïde, superficielles, creusantes

Histologiques

Muqueuse
Inflammation
Transmurale
Non
Zones saines
Oui
Non
Mucosécrétion
Oui
Vasodilatation
Sous muqueuse
Oedème
Non
Fissures
Oui
Non
Granulome epitheliodes
Oui
V- évolution et pronostiques :
par poussées et rémissions : 30 % inactives ou peu actives, régressent spontanément dans les 3 mois,
le risque de récidive après une poussée est 50 % dans l'année .
Corticodépendance 20 %, corticorésistance 10 %
après traitement corticoïde 75 % récidivent dans les 18 mois.
Risque de récidive ds la MC après chirurgie : 90 % des MC seront opèrés au moins une fois dans leur vie, leur risque cumulé de première intervention après le début de la maladie : 30 % à 5 ans, 50 % à 10 ans.
Endoscopie 60 % à 3 mois, 80% à 1an, la gravité de la récidive endoscopique est parallèle au risque plus élevé de récidives cliniques.
La mortalité est faiblement accrue chez les patients avec MC, mais leur qualité de vie est particulièrement altérée.
VI- traitement :
A- buts + moyens : comme la RCH.
§ Corticoïde : à action topique donc peu d'effets systémiques : Budosénide 6 à 9 mg/jour.
§ Antibiotiques :
o métronidazole : Flagyl* 20 mg/kg/jour.
o Ciprofloxacine : Ciflox*1500 mg/jour.
§ Les anti TNFa + +
§ la chirurgie :
o résection segmentaire.
o Résection iléo caecale + + + tuberculose.
o La chirurgie proctologique.
B- indications :
iléo colite peu active ou inactive : 5 ASA (3 à 4 g/jour)
iléo colite active : corticoïdes 1 mg/kg/jour pendant 2 à 8 semaines.
formes très actives : réanimation, alimentation parentérale stricte, corticoïdes IV.
Corticorésistance ou corticodépendance : immunosuppresseur, anti TNF, chirurgie.
Fistule : anti TNF, métronidazole ? ciprofloxacine ? IS ? chirurgie ?
sténose : subocclusive ou multiples : traitement médical.
Autre complication : la chirurgie.
C- traitement d'entretien : voir RCH
Conclusion :
MICI = maladie chronique.
Traitement décevant, risque de dégénérescence, espoir physiopathologique !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire