L'angine

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQBoHb4G0lczAzM4EerSgGYCeFFZy6l0ibnmYWTVXkLvmrJbTKtvC5xvYO6  http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSRaACY-BCq7Zf-TtdUxLRGYWyJestqaaoAJixmWkXx9bPzsGW3OA

1. Qu’est ce que c’est l'angine ?

 L'angine est une inflammation aiguë, douloureuse et fébrile des amygdales, consécutive à une infection par des bactéries ou des virus.

Angine est un terme utilisé pour décrire l'aspect douloureux d’un état inflammatoire de la gorge parfois confondu avec  amygdalite et pharyngite.
Cette inflammation est consécutive à l'inhalation d'un micro-organisme infectant, ce qui explique l'aspect épidermique d'un grand nombre d'angines virales. Dans d'autres cas, un hôte habituel (streptocoque) fuso-spirille devient responsable de la maladie sous diverses influences (atteinte de l'état général, refroidissement, infection virale).
  2. Ce que je ressens ?

Une gêne pour avaler, d'intensité variable et souvent accompagnée d'un mal d'oreille est le signe classique de l’angine accompagné d’une fièvre à 39°-40° avec frissons et courbatures La voix est souvent modifiée. Chez l'enfant (de 15 mois à cinq ans) peuvent apparaître des maux de ventre simulant une crise d'appendicite, voire des convulsions (fièvre très importante).
L'examen de la gorge montre une rougeur diffuse, centrée sur les amygdales, souvent augmentées de volume et présentant des points blancs. Des ganglions plus ou moins volumineux er sensibles sont retrouvés dans le cou.

3. Quelles complications ?


Les complications locales des angines peuvent être locales et/ou générales. Elles sont rares :
Le phlegmon de l'amygdale est un abcès derrière l'amygdale. La fièvre et le mal d'oreille sont intenses. Le sujet "parle du nez" et salive beaucoup. La déglutition est très douloureuse, voire impossible.L'examen de la gorge est difficile car la mandibule ne s'ouvre qu'avec difficulté et douloureusement (trismus). On observe un bombement important d'un côté de la gorge, derrière la langue. Un ORL doit être rapidement consulté. Après une ponction, il soulagera immédiatement le patient. L'opération des amygdales sera discutée.
Les complications générales sont exceptionnelles si un traitement antibiotique a été suivi correctement. Elles surviennent au cours des infections bactériennes à streptocoque habituellement plus de 10 jours après le début de l’angine  atteintes rénales (glomerule-néphrite) rhumatismes associées à des manifestations cardiaques (rhumatisme articulaire aigu).
- La scarlatine chez l'enfant en présence de vomissements et l’existence de signes typiques de cette maladie
 4. Quel traitement ?

 

60 à 90 % des angines sont d'origine virale et évoluent favorablement en 3 à 4 jours sans traitement antibiotique. Le traitement antalgique et / ou antipyrétique constitue dans la majorité des cas le seul traitement de l’angine présumée virale.

En cas de doute il existe maintenant un test simple permettant de faire la différence entre angine virale et bactérienne : ce test est facilement accessible et permet de confirmer ou pas l’origine streptococcique de l’infection. Ce test est indiqué systématiquement chez l’enfant de plus de 3 ans et chez l’adulte en fonction de la présence d’un tableau clinique évocateur d’une infection bactérienne.

Le germe le plus à craindre est un certain streptocoque (bêta hémolytique du groupe A) parfois responsable de complications au niveau du cœur, du rein et des articulations. Ce germe est donc à combattre.

En cas d'angine streptocoque reconnue, le traitement antibiotique est indispensable.  Des durées courtes d’antibiotiques sont proposées pour améliorer l’observance : de l’ordre de 6 jours mais en ne stoppant le traitement dès que la fièvre est tombée ou la douleur disparue.

- Le traitement local agit essentiellement sur la douleur et la désinfection. Le traitement général se propose d'assurer une guérison plus rapide et d'éviter les complications dues au streptocoque (rhumatisme articulaire aigu, glomérulonéphrite).

Outre les traitements classiques contre la fièvre et la douleur, on s'efforce d'éviter les surinfections en utilisant des antiseptiques locaux et généraux
Source:Le figaro/sante.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire